fbpx

Overpopulation Awareness is the website of Fondation Le Club des Dix Millions

Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
jeudi, 25 février 2010 14:52

Vieillissement : spectre superflu

Grand nombre de personnes agées
Quand il y a question de repousser ou même de stabiliser le nombre de la population c’est toujours le spectre du « vieillissement » qui se fait sentir. Au futur il y aurait trop peu de personnes pour faire tous les travaux nécessaires, en particulier en ce qui concerne les soins du grand nombre de personnes agées.
Les frais de la santé publique, les soins pour les personnes du troisième âge, l’assurance maladie pour les vieux ne seront plus payables. Il y a donc des personnes qui plaident la stimulation du nombre d’enfants. Ceux qui ont complètement « perdu la vue » plaident même la stimulation de l’immigration pour résoudre le problème.
 
Ci-dessous nous vous expliquerons qu’il ne faut pas craindre le vieillissement continu de la société néerlandaise. Nous nous basons sur les chiffres de l’année 1997 fournies par le CBS, le Bureau Central des Statistiques des Pays-Bas. Les chiffres de l’année 1997 ne diffèrent pas trop des autres années. Voyez d’abord le tableau 1 :
 
Composition de la population néerlandaise en 1997 et 2040
 
Groupe d’âge
1997
2040
Différance
 
 
 
 
Jeunes    0-19 ans
24 %    3.809.000
15 %    2.000.000
-9 %
Moyens 20-64 ans
62 %    9.735.000
53 %    7.000.000
-9 %
Vieux      + 65 ans
14 %    2.110.000
32 %    4.200.000
+ 18 %
 
 
 
 
Total:
100 %   15.654.000
100 %   13.200.000
 
 
En 1997, prâtiquement tout le travail salarié a été exécuté par 41 % de la population, dont :
 
 1 % par le groupe des jeunes de 15 – 19 ans et
40 % par le groupe des moyens de 20 – 64 ans.
 
Du groupe total des moyens de 20 – 64 ans seulement 40 sur 62 personnes avaient un emploi salarié. Ceci signifie que 65 % d’entre eux ont travaillé. Voyez le tableau 2 :
 
Division du travail
dans le groupe des moyens 20-64 ans
 
Groupe 20-64 ans
1997
2040
 
 
 
Personnes actives employées
40 %     6.224.000
41 %     5.400.000
 
 
 
Personnes sans emploi
22 %     3.511.000
12 %     1.600.000
 
 
 
Total:
62 %     9.735.000
53 %     7.000.000
 
Il est essentiel qu’il y avait une main d’oeuvre disponible bien importante. Selon les chiffres de chômage officielles en 1997 il y avaient environ 400.000 chômeurs enrégistrés chez les bureaux de travail. Pourtant, il y avait un chômage «secret» d’environ 2 millions de personnes. Voyez le trableau 3
 
Personnes avec allocation en 1997
 
 
 
Chômeurs avec allocation mais sans obligation de chercher un emploi ou avec une allocation pour suivre une formation
env.   400.000
Demandeurs d’emploi sans le droit d’allocation comme les femmes de ménage et les jeunes arrivant sur le marché du travail
env.    400.000
Personnes en incapacité de travail qui voudraient ou qui pourraient travailler dans un autre métier que leur première profession
env.    900.000
Préretraités, personnes en disponibilité et personnes avec emploi subsidié par l’état
env.    400.000
 
 
Total:
env. 2.100.000
 
Réfutation de ce qui ne peut être payé
Pour toutes les 100 personnes actives dans la société néerlandaise en 1997 il y avait : 152 personnes inactives. Entre ces personnes inactives il n’y avait que 32 personnes de + 64 ans. Il faut en conclure qu’un groupe relativement petit de personnes actives doit soigner un groupe relativement grand de personnes inactives. La crainte que dans l’avenir le nombre de personnes actives sera trop restreint pour gagner la vie et la crainte que le nombre de vieillards soit trop grand pour être soigné est réfuté déjà par la grande main d’oeuvre disponible. En outre le nombre de personnes actives dans la catégorie de 50 - 65 ans est relativement petit. Spécialement dans la catégorie de personnes de 60 - 65 ans seulement 11 % travaille dans un emploi salarié.
 
Nous vous avons déjà expliqué que 41 % de la population de 20 – 65 ans étaient actifs en 1997, c.à.d. on avait un emploi de 12 heures par semaine au minimum. Il s’est prouvé que ce groupe est capable de réaliser un très bon niveau de vie pour la population totale. À l’aide du programme de simulation POP TRAIN du NIDI ( Institut néerlandais d’information démographique ), notre Fondation a estimé la situation pour 2040. La composition prévue de la population peut être estimée à l’aide du nombre de naissances par femme, le solde des migrations et l’espérance de vie. La Fondation a choisi comme point de départ un scénario d’un vieillissement fort : 1,3 enfants par femme et zéro comme solde de migration.
 
Dans ce scénario le pourcentage de vieux ( + 65 ans ) augmentera peu à peu de 14 % à l’heure actuelle à un maximum de 32 % en 2040. La population des Pays-Bas va diminuer d’à peu près 17 mln maintenant à 13 mln en 2040. Si la population continue à diminuer le pourcentage de vieillards va diminuer aussi après 2040. Pour la composition de la population divisée en catégories d’âge en 1997 et 2040 voyez tableau 1.
 
Un autre résultat de ce scénario avec les chiffres de naissances les plus bas (donc le nombre le plus restreint de jeunes) était qu’en 2040, 41 % aussi, c.à.d. les actifs, pourront soigner la population complète et ceci est conformément à la situation actuelle. Il est vrai que le nombre de personnes agées a augmenté, mais le pourcentage de personnes inactives a baissé de 22 % en 1997 à 12 % en 2040. Voyez tableau 2.
Le résultat en est : moins d’allocations et une productivité des cotisations pour les pensions de retraite. Comme le glissement de la répartition par âge s’effectue comme un procès progressif, la société aura tout son temps pour anticiper aux changements des situations par moyen d’apprentissage. Dans ces calculs on n’a même pas compté quelques facteurs qui pourront améliorer la possibilité de payer les équipements. On pense à des mises au point d’économie de main d’oeuvre qui causeront le même résultat avec moins que 41 % de travailleurs.
 
Solidarité
Des recherches, exécutées en 1997 par le NIDI, ont montré que plus de 80 % des Néerlandais sont de l’opinion que l’augmentation des cotisations pour les pensions de retraite ne devra pas mener à une augmentation des impôts pour les vieillards. Il s’est produit aussi qu’à peu près 80 % est de l’opinion que des vieux ont aussi tant de droit à un emploi que les jeunes.
Ceci montre une grande solidarité entre les vieux et les jeunes. En effet, les jeunes se réalisent très bien que les vieux sont aussi bien solidaires avec eux. Tous les vieux paient des impôts de sorte que les jeunes peuvent fréquenter l’école, suivre des formations et que les jeunes chômeurs peuvent recevoir une allocation d’Aide publique.
 
A-social
Il n’y a au fond aucun argument qui pourra justifier un agrandissement de la population dans notre pays surpeuplé. Une politique raisonnable ne pourra jamais résoudre le problème du vieillissement par entamer un nombre plus grand de naissances. Ceci impliquerait que chaque génération de parents devrait être suivie par une génération d’enfants aussi grande. La conséquence en est qu’une population qui une fois trop grande, ne pourra jamais diminuer au niveau qui correspond aux moyens financiers sociaux et écologiques. De cette manière on passera toujours les problèmes à la génération suivante, tandis qu’on sait que les problèmes seront toujours plus grands et que les solutions seront toujours plus difficiles et coûteuses. Cette politique de passage n’est pas seulement sans prévoyance mais asociale aussi.
 
Voilà pourquoi nous regrettons que les autorités ne s’occupent toujours pas d’une diminution ou stabilisation de la population. Par le traité de Rio notre gouvernement est obligé de prendre des mesures contre la croissance de la population, mais jusqu’alors il n’arrive pas beaucoup. En quelque sorte la politique de notre gouvernement peut même être considérée comme paternaliste. Les Pays-Bas connaissent un système de prestations familiales avec des payements pour chaque enfant, congé payé de maternité ainsi que congé payé parental, jardins d’enfants subsidiés, etc. De ces règlements déjà il ne se conclut pas que le gouvernement regarde principalement la croissance illimitée de la population comme un problème.
 
Quelques chiffres exemplaires des Pays-Bas
 
environ     1 million    d’habitants
en 1550
environ     2 millions d’habitants
en 1800
environ     5 millions d’habitants
en 1900
environ   10 millions d’habitants
en 1950
environ   16 millions d’habitants
en 2001
 
Nature
Toutes les10 ou 12 années notre population augmente avec 1 million d’habitants. Un rapide inquiétant ! Ceci fait agrandir tous les problèmes que nous connaissons déjà. Pensons p.ex. à des choses comme l’émission de CO2, la nature qui disparaît ; des plantes et des animaux en voie d’extinction ; plus d’agression ; des embouteillages ; pollution de l’eau et manque de place. Le gouvernement a l’intention de faire bâtir encore 950 000 maisons pendant les 20 années à venir. À l’autre coté des frontières la situation n’est pas meilleure. Chaque jour la population mondiale accroît avec environ 245.000 personnes. Ceci mène à plus de famine et de guerres. Partout l’homme progresse. Ce qui nuit à lui-même, aux animaux, aux plantes et à la nature libre. Il est absurde que l’on choisit la route qui nous pousse à la perte ! Chacun qui a coeur pour la nature et l’environnement doit s’opposer à la croissance continuelle de la population.
 
Allocations familiales
Il s’approuve qu’une grande génération d’enfants n’est pas nécessaire. C’est pourquoi un gouvernement moderne pourra facilement embrasser le mouvement de réduire la croissance de la population. Un premier pas sur la bonne route sera regarder de plus près les différentes régulations, spécialement celles des allocations familiales. Ce prix d’encouragement n’est plus désirable.
 
Celui qui préfère avoir une grande famille doit se réaliser que c’est un luxe qui fait une forte pression écologique sur la société. Il est logique que chacun qui cause du dérangement, va le payer lui même. Maintenant c’est le gouvernement qui le fait payer par le contribuable. C’est très injuste.
 
La Fondation est partisane d’abolition des allocations familiales après le deuxième enfant. En plus on pourra se demander si nous devrons continuer les systèmes comme avantages parents comme p.ex. séjour de maternité et le congé parental après la naissance d’un troisième enfant. Il va de soi qu’une telle mesure doit être effectué pour les enfants nés après l’introduction d’un tel mesure.
 
2010

World population