fbpx

Overpopulation Awareness is the website of Fondation Le Club des Dix Millions

Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
lundi, 13 décembre 2010 20:50

La revolution mondiale due a l'ignorance de la surpopulation

Paul J. Gerbrands, historien

 
100 ans après la révolution communiste de 1917
 
L'État-providence, le paradis sur terre. Mais grâce au capitalisme libéral, les pays riches ont pu connaître la prospérité, surtout lorsque ses aspects négatifs ont été éliminés.
Le capitalisme, que les communistes et les socialistes ont sans cesse combattu au départ, mais ont secrètement convoité, est aujourd'hui le premier moyen dans le monde pour lutter contre la pauvreté. Ce n'est pas encore suffisant car les interventions de l'État ne sont toujours pas souhaitées. Le système garantira la prospérité de chacun.
 
Le capitalisme
Le capitalisme saisit aujourd'hui l'opportunité de l'absence d'une forte concurrence socialiste et communiste. L'Europe et les États-Unis imposent leur volonté au reste du monde. Ils veulent conserver leur prospérité à tout prix, même si cela signifie l'exclusion du Tiers Monde. Les Pays-Bas saisissent ainsi un territoire qui est 14 fois plus large que le territoire néerlandais. C'est ce que l'on appelle l'empreinte écologique des Pays-Bas. Tous les pays riches font exactement la même chose. Pour atteindre ce but, des guerres sont parfois nécessaires ou bien des barrières douanières ou un pouvoir politique tel que l'UE par exemple.
 
Les changements souhaités
Aujourd'hui, le monde compte environ six milliards de personnes. Selon les estimations menées par l'Occident, notre planète peut assurer une vie conforme à toutes les normes occidentales de prospérité pour trois milliards d'individus seulement. En ce moment, seule la Chine semble prendre ce problème au sérieux avec ses 1,3 milliards d'habitants qui adhéreront prochainement aux normes de vie occidentales en ayant des voitures rapides et des réfrigérateurs. La Chine anticipe une nouvelle situation et décide de diminuer sa population pour plus de prospérité. Les Pays-Bas pensent toujours pouvoir résoudre tous les problèmes en appliquant tout simplement une taxe écologique. Et tant que tout va bien en Occident, la pauvreté et la faim augmentent dans le monde et l'écart entre l'Europe et les États-Unis, d'une part, et le reste du monde, d'autre part, ne cesse de se creuser. La question qui se pose est de savoir si le capitalisme et la croissance économique sont effectivement les instruments les plus appropriés pour réaliser les changements souhaités.
 
Grèves pour les augmentations de salaire
Aujourd'hui, 16 millions de Néerlandais polluent et consomment ce qui est équivalent à ce que 200 millions chinois polluent et consomment actuellement. Il est donc tout à fait justifiable de se poser la question de savoir si les Néerlandais sont prêts à faire des concessions au niveau du nombre d'individus et de la prospérité. Mais pour le moment, personne n'ose informer l'électeur que nous devons baisser fortement nos dépenses aux Pays-Bas. Des grèves sont même organisées lorsque l'augmentation de salaire est trop basse. En outre, le gouvernement néerlandais encadre la consommation d'alcool et de drogue et lutte contre la violence, les disputes de voisins ainsi que les préjugés, mais ne prend pas sérieusement en considération les causes, notamment la tristesse et la colère que plusieurs autochtones et étrangers ressentent. Il est donc tout à fait normal que les citoyens ne comprennent plus leurs députés.
 
Des jolies paroles
Mais avec le manque de vision globale sur la politique, est-ce que ces politiciens adoptant des stratégies à court terme savent quelque chose ? Avec l'arrivée de la société multiculturelle, l'immigration massive devient incontrôlée en parallèle avec l'échec de l'intégration, la haute croissance de la prospérité et du nombre d'individus qui en bénéficient, les embouteillages et les problèmes autour de l'aéroport de Schiphol, etc. Cela explique les demi-solutions, les demi-mesures et le traitement des symptômes et non des causes des problèmes. En effet, ces politiciens n'ont pas de véritables solutions à proposer pour le problème de surpopulation aux Pays-Bas. Le parti politique D'66 promet des jardins d'enfants plus grands et d'élire le maire, le CDA donne des promesses au sujet de la famille et des allocations familiales, le PvdA veut réécrire la Constitution en néerlandais moderne et GroenLinks veut autoriser l'entrée de plus de réfugiés. Des paroles très jolies mais qui ne sont pas pertinentes et qui doivent masquer la réalité que les partis politiques aussi ne savent plus rien. Grâce à eux, ce système politique existe et ils veulent conserver ce pourvoir politique. Cela explique les discussions ouvertes au sujet d'une fusion entre le D'66 et le VVD ou entre le PvdA et GroenLinks. Mais est-ce que le fait que les partis fusionnent et ne forment qu'un seul parti changera quelque chose ?
 
La révolution mondiale
Personne ne sait ce qui se passe exactement. La classe politique nie l'existence d'un problème de surpopulation, et la politique démographique et écologique reste un tabou, car, en effet, la politique démographique fait toujours penser au Troisième Reich. La politique convulsive et totalitaire, que les partis politiques néerlandais mènent, dit combattre le fascisme, la criminalité et le racisme, mais elle est en fait un camouflage pour dissimuler le manque de vision et d'arguments. Et la peur de la perte du pouvoir conduit toujours à la répression, connue sous le nom Politiquement correct. Parfois, des solutions sont apportées pour freiner la croissance constante : par exemple pour baisser le niveau de prospérité, faire plus d'économies, diminuer le nombre d'individus dans un pays surpeuplé et appliquer une politique démographique. Cependant, le porteur du message sera rapidement accusé d'être un messager de malheur, ou bien un raciste.   Entre-temps, le monde entier est sacrifié pour le modèle capitaliste de croissance des États-Unis et de l'Europe, et les riches du monde profitent du système. Mais les pauvres, le reste du monde et le Tiers Monde ressemblent à des prolétaires provenant de la Russie des tsars. Les protestations menées par le mouvement d'anti-globalisation n'est que le début d'une deuxième révolution mondiale qui aura peut-être lieu en 2017.
 
 

World population