fbpx

Overpopulation Awareness is the website of Fondation Le Club des Dix Millions

Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
mardi, 17 avril 2012 16:46

Denis Diderot, Voyage en Hollande en 1773 et 1774

Marcel M. Portegies, historien

La population a continué à augmenter

Denis Diderot (1713-1784) est l'un des philosophes français les plus connus du dix-huitième siècle. En 1773 et 1774, il a voyagé à travers la Hollande. D'après lui, cette province était surpeuplée et a connu une grande immigration.

Depuis le voyage de Diderot, le nombre d'habitants par km 2 a augmenté quatre fois plus en Hollande qu'en France.

  

Introduction
Vers 1770, les intellectuels français avaient l'habitude de voyager à l'étranger. La Hollande est devenue, depuis l'époque de l'écrivain Jean-Louis Guez de Balzac (1594-1655) et du philosophe René Descartes (1596-1650), la deuxième patrie pour les savants français. Les librairies de Paris conservaient plusieurs livres sur les Provinces-Unies. Mais cela n'a pas empêché les voyageurs d'écrire à chaque fois des récits de voyage sur la Hollande jusqu'à la révolution de 1789 1.
Denis Diderot (1713-1784) a également écrit un livre intitulé : L'Égypte de l'Europe. Diderot est l'un des philosophes français les plus connus du dix-huitième siècle. Du 15 juin au 20 août 1773, et ensuite du 5 avril au 15 octobre 1774, il séjourne chez l'ambassadeur de Russie à La Haye. Ensuite, il fait quelques excursions à Scheveningen, Leyde, Haarlem, Amsterdam, Delft, Zaandam et Utrecht. À part Utrecht, il reste donc à l'intérieur des frontières de la province de la Hollande 1.

L'immigration
Dans le récit de son voyage, le philosophe fait une comparaison entre la France et la province de la Hollande 1. Beaucoup moins de personnes habitent dans son pays d'origine : environ 54 par km2 en 1789. Cependant, la Hollande comptait 144 habitants par km2 en 1795 3.
D'après Diderot, l’origine tous ces Néerlandais était claire. Il écrit : « Les républicains recrutent leurs habitants à partir des monarchies. En plus des étrangers venant de toutes les régions attirés par la liberté civile, politique et religieuse, la république recrute également ceux qui viennent pour des raisons de curiosité ou dans l'espoir de devenir riches. Parmi eux, un grand nombre de ressortissants allemands et suisses viennent pour intégrer l’armée de terre et la marine militaire ; ils représentent deux étrangers sur trois et ils se sont installés ici presque tous au moyen du mariage » 1.

Le philosophe était bien informé. L'une des spécificités les plus typiques de la société néerlandaise du dix-huitième siècle est que la grande immigration provenant du nord-ouest de l'Allemagne n'a pas diminué, bien qu'un grand nombre de Néerlandais qualifiés partaient à l'étranger. Cela est dû au haut niveau de vie que les ouvriers néerlandais connaissaient par rapport aux pays voisins, principalement dans la province de la Hollande. Cela a encouragé les employeurs hollandais à attirer des immigrants de Noord-Brabant, d'Overijssel, de Gelderland et principalement de l'Allemagne. Un pays où les ouvriers connaissaient des conditions de travail beaucoup plus éprouvantes 4.
L'armée de l'État recrutait également beaucoup d'étrangers. En effet, l'armée des Provinces-Unies était constituée de mercenaires venant principalement de l'Allemagne, du Danemark, de la Suède et de la Suisse. Après 1688, l'armée recrutait parfois des unités étrangères entières 5.

L'urbanisme
Grâce à la prospérité et au haut niveau de vie, beaucoup d'étrangers se sont installés en Hollande. Diderot écrit aussi qu'« il n'existe presque aucun autre pays dans le monde plus prospère et surpeuplé que la Hollande, ce qui est le résultat de l'industrialisation, l'activité économique, l'économie, la disponibilité de l'emploi et la recherche du profit. Depuis longtemps, il est déclaré ici avec persuasion que la Hollande, province de petite superficie, compte déjà plus de 2 500 000 habitants. (...) Les grandes villes, les petites villes et les villages ne cessent de se rapprocher alors que la population continue à augmenter » 1.
Le philosophe a été induit en erreur sur ce point. En 1650, les estimations indiquent que la Hollande comptait 903 000 habitants. Ce nombre a chuté à 794 146 habitants après le recensement de la population de 1795 [3]. Toutefois, cela n'affecte pas le fait qu'il a trouvé que la Hollande était urbanisée. Diderot : « On peut estimer tout seul le nombre de grandes et petites villes hollandaises et leur proximité les unes par rapport aux autres. Il existe quarante-huit villes à partir desquelles on peut facilement rejoindre la ville d'Utrecht en une journée, et il existe trente-trois villes qu'on peut rejoindre facilement en un aller-retour en une journée en partant d'Utrecht » 1.
Heureusement que le savant français ne peut actuellement plus voyager à travers la Hollande. On peut facilement deviner ce qu'il aurait écrit aujourd'hui. En effet, la Hollande comptait 465 habitants par km2 en 2001, tandis que la France comptait 108 habitants par km2  6. Cela veut dire que, depuis la fin du dix-huitième siècle, la Hollande connaît une densité de population qui est presque quatre fois supérieure à celle de la France. Aujourd'hui, les Français ont dix fois plus d'espace que les Néerlandais, contrairement au dix-huitième siècle où les Français avaient seulement deux fois et demie plus d'espace que les Néerlandais 2.

Notes

  1. Diderot, D., Voyage en Hollande. Un voyage journalistique 1773-1774, Amsterdam et Anvers 1994, pp. 9, 14, 23, 27, 29, 30, 110-126.
  2. Ardagh, J., Atlas van Frankrijk, Amsterdam 1992, pp. 58, 63.
  3. Hofstee, E.W., « Demografische ontwikkeling van de Noordelijke Nederlanden circa 1800-circa 1975 », in : Algemene Geschiedenis der Nederlanden, deel 10, Haarlem 1981, pp. 64, 65. Kossmann, E.H., De Lage Landen 1780-1980. Twee eeuwen Nederland en België, vol. 1, Amsterdam et Brussel 1986, p. 23.
  4. Israel, J.I., De Republiek 1477-1806, vol. II, Franeker 1996, p. 1146.
  5. Stalknecht, H., Het leger, Zwolle, 2000 (20 Eeuwen Nederland en de Nederlanders, no 36), p. 857.
  6. Anonymus, « Krimp nu voor later. Een zaak voor onze kinderen en kleinkinderen », s.p., 2002, (brochure Stichting De Club Van Tien Miljoen), p. 8.
    Anonymus, Statistisch Jaarboek 2002, Centraal Bureau voor de Statistiek, Voorburg et Heerlen 2002, pp. 43, 44.

World population